Actualités

La reprise au CA Brive : du physique pour commencer !

 

 

Entretien avec Stéphane Polly pour nous expliquer le programme concocté par le staff sportif et plus spécialement les préparateurs physiques qui travaillent à ses côtés : Romain Dubois et Jason Cussinet.

 

Après une pause de 7 semaines, par où commencer en début de saison pour l’effectif de la saison dernière et pour l’ensemble du groupe ?

La première des choses à prendre en compte, avant de parler de la préparation physique du début de saison, c’est la phase de récupération. On a fini la saison dernière le 6 mai. La priorité pour les coachs, les préparateurs physiques et les kinésithérapeutes, c’était que cette période de récupération soit suffisamment longue pour que les joueurs se régénèrent un maximum. On sort de plusieurs saisons intenses avec une récupération de 4 semaines seulement, et on tenait à marquer une pause plus importante. On a donc donné à chacun un programme individuel avec pour objectif de revenir le plus proche de son poids de forme et le plus frais possible physiquement et mentalement. C’est nécessaire pour repartir sur des bases saines et travailler très intensément dès cette première semaine. On a la chance d’avoir des joueurs qui sont investis à 100% et ont très bien joué le jeu sur l’intersaison.

 

Quel est le but de cette préparation de début de saison ?

L’objectif premier est de remettre le muscle en état pour pouvoir travailler sur le développement et augmenter les indices de force. Sur l’aspect énergétique et en fonction du joueur, on va l’orienter soit sur un travail aérobic et cardio, soit sur du lactique avec des courses assez poussées. Si les joueurs sont dans les critères demandés par le staff au bout de ces trois semaines, ils auront une semaine de congés en semaine 4, sinon ils resteront pour travailler.

Pour la première semaine, c’est la préparation physique qui domine avec très peu d’atelier rugby. On doit se préparer à enchainer 23 matchs sur 25 semaines, donc on profite de ces trois premières semaines pour tenir durant cette longue série de match jusqu’en décembre. A partir du moment où on aura des coupures, on recherchera à nouveau le développement physique en adaptant les phases de récupération en fonction du temps de jeu et des postes de chaque joueur.

 

Quels sont les axes majeurs de la préparation physique ? Le contenu des exercices change-t-il beaucoup d’une saison à l’autre ?

Les axes sur lesquels on travaille sont : la vitesse et le travail énergétique au sens large (le cardio, la course, le crossfit, des côtes). Pour ce qui est des exercices, on cherche à les varier au maximum. On est un club qui conserve une certaine stabilité dans son effectif et pour bien travailler, il faut une fraicheur physique et aussi mentale. On se doit donc de renouveler le contenu de la préparation.

On a plusieurs groupes de travail qui se basent à la fois sur le poste du joueur et son ratio poids/puissance. Les exercices sont différents pour chaque groupe même si au début sur la musculation, les programmes sont assez proches. Sur la vitesse et le travail énergétique, le travail sera déjà plus différent d’un groupe à l’autre pour amener chaque joueur au mieux par rapport à son point de départ.

Si on a des joueurs qui ont besoin de travailler davantage sur certains points, on va ajouter quelques séances au programme initial en complément.

 

Est-ce qu’il y a des nouveautés sur le matériel cette saison ?

Oui, car on a la chance d’avoir un manager et une direction vraiment à l’écoute de nos besoins. En fin de saison dernière, nous avons déjà pu changer de GPS. Aujourd’hui, on peut travailler en temps réel, que ce soit pendant les entrainements ou jour de match sur tous les joueurs. On a des nouveaux vélos qui vont arriver pour nous permettre de faire travailler plus intensément les joueurs avec les plus grands gabarits. Une plateforme de force va s’ajouter aussi et dans l’ensemble, cela va nous amener plus loin dans l’explosivité et le travail de vitesse. La grande nouveauté cette saison pour nous, c’est un logiciel de gestion de l’information pour la quantification de la charge d’entrainement. Dans l’ensemble, on professionnalise par des contenus et du matériel de préparation physique. On obtient grâce à ces derniers outils un feedback quasi-instantané, et ça permet aussi plus ‘avoir plus d’objectivité dans le contenu et le suivi de nos programmes d’une manière scientifique.

 

Quel sera le rôle des préparateurs physiques pendant le premier stage de préparation à Bugeat où le rugby reprend de la place ?

On se concentrera sur l’accompagnement des joueurs et le réajustement de la préparation. Ce sont en effet les coachs qui reprennent la main avec des séances rugby.