Actualités

Franck Romanet en questions !

 

Découvrez toutes les nouvelles recrues à travers des interviews exclusives jusqu'à la reprise du championnat ! Au tour de Franck Romanet de se présenter, à quelques jours d’affronter son ancienne équipe pour le dernier match de préparation du CA Brive...

 

Comment avez-vous eu l’envie de jouer au rugby ?

Quand j’étais au collège, je jouais au foot avec mes copains. J’ai testé un jour le rugby en séchant un entrainement. A partir de là, je ne suis jamais reparti sur les terrains de foot. J’ai commencé assez tard, j’avais déjà 14 ans à cette époque. J’aimais bien le foot mais je trouvais que la mentalité changeait. Ça devenait plus individualiste, je m’y retrouvais moins sur le terrain, et même en semaine avec les copains, c’était différent. Ça faisait quelques années que j’échangeais avec des amis qui faisaient du rugby. Ils me parlaient des matchs et de l’ambiance rugby, c’est l'ensemble de toutes ces choses qui m’a donné l’envie d’essayer.

Comme je courrais vite, ils m’ont mis sur les extérieurs… J’étais gardien au foot, du coup ça m’a permis de passer du ballon rond à l’ovale plus facilement et surtout, j’ai été bien entouré.

 

Que saviez-vous de Brive et quelle image aviez-vous de la ville et du club ?

Je savais que c’était une équipe « famille ». J’ai joué avec plusieurs joueurs qui sont passés par Brive qui m’ont donné cette image-là. Jean-Philippe Bonrepaux (CA Brive de 2007 à 2011) est un de mes amis proches et c’est en grande parti lui qui m’a beaucoup parlé de Brive.

Je ne connaissais pas du tout la ville, mais je m’y fais très vite. Depuis quelques semaines, je m’y sens déjà bien et je trouve la ville très jolie.

 

Est-ce que vous vous souvenez d’un match au Stadium pour y avoir joué ?

Pour avoir joué contre Brive, je savais que c’était une équipe difficile à jouer, très combative que ce soit chez elle ou à l’extérieur… Je me souviens de plusieurs matchs dont un match nul ici, au Stadium, plutôt âpre. Je me rappelle aussi très bien un autre mais à Lyon, ils nous avaient battus devant notre public. Tous les matchs face à cette équipe ont toujours été très engagés…

 

Qu’est-ce qui vous a convaincu dans le projet du club ?

Ce qui m’a convaincu dans le discours des coachs quand je les ai rencontrés, ce sont les valeurs d’humilité, de travail et de partage dont ils m’ont parlé. Le projet du club est séduisant : réussir à faire de grandes choses avec peu de moyens. Brive n’est pas la plus grande ville de France, ni le plus gros budget du Top 14, et quand on voit la saison qu’ils ont réalisé la saison dernière, ça donne envie. J’ai envie de participer à ce genre d’aventure.

Quand tu joues contre Brive, tu sais que ça va être dur, car ils font preuve d’une solidarité sur le terrain, ils ne lâchent rien, la cohésion est très forte.

 

Quel sera votre objectif ici ?

Dans le projet sportif et à court terme, j’espère m’intégrer rapidement dans l’effectif. Jouer c’est une chose mais j’ai d’abord envie d’être performant. Au poste d’ailier, il faut concrétiser le travail toute une équipe. C’est d’ailleurs ce que j’aime à ce poste, on peut valoriser de tous les copains. A chaque fois que je rentre sur le terrain, c’est avec cet objectif–là.

Côté extra-sportif, je suis en école de kiné et j’ai envie d’avancer dans ce projet-là. Je vais entamer ma troisième année. J’ai entendu que quand on arrive à Brive, on n’a pas envie d’en repartir. Si des projets se présente à moi en kinésithérapie, ça m’intéressera surement de rester ici. Même si je ne connais pas encore beaucoup la région, je pense qu’elle me correspond bien et je pourrai projeter de vivre ici plus loin que mon contrat.

 

Connaissiez-vous d’autres joueurs de l’équipe ou membre du staff avant votre arrivée ici ?

Je connaissais Gaetan Germain, on a joué tout jeune ensemble un peu. J’ai connu aussi Sisa, on a fait une saison ensemble à Lyon. Je connais l’ensemble de l’équipe pour avoir joué contre eux ces dernières années.

 

Quel type d’ailier êtes-vous ?

Je suis plus un joueur « électron libre » … J’aime bien rentrer dans la ligne et bouger sur le terrain. Je préfère essayer d’intervenir un peu partout que de rester sur mon aile. Je ne fais pas 110kg donc mes qualités sont plus la vélocité, l’explosivité. J’essaie de créer des incertitudes !

 

Qu’est-ce que vous aimez faire en dehors du rugby ? 

Je fais beaucoup de VTT et j’aime bien la pêche aussi, même si apparemment ici on essaie de m’attirer plus vers la chasse. J’adore la pêche à la mouche et il y a beaucoup de rivières ici…


Retrouvez toutes les interviews des autres joueurs déjà publiées en cliquant sur leurs noms :  Damien Lagrange, Samuel MarquesJulien BrugnautFélix Le Bourhis et Mike Tadjer.